Comprendre le libéralisme à travers les Papes

  1. Ce mot revient souvent, exprimé à tort et à travers, mais de quoi parle t’on?

 Et, si nous ne parvenons pas à le cerner parfaitement, comment faire pour s’en prémunir ? En relisant les bons conseils de la Sainte Eglise Catholique.

La liberté, bien excellent de la nature et apanage exclusif des êtres doués d’intelligence ou de raison, confère à l’homme une dignité en vertu de laquelle il est mis entre les mains de son conseil et devient le maître de ses actes. Ce qui, néanmoins, est surtout important dans cette prérogative, c’est la manière dont on l’exerce, car de l’usage de la liberté naissent les plus grands maux comme les plus grands biens. Sans doute, il est au pouvoir de l’homme d’obéir à la raison, de pratiquer le bien moral, de marcher droit à sa fin suprême; mais il peut aussi suivre toute autre direction, et, en poursuivant des fantômes de biens trompeurs, renverser l’ordre légitime et courir à une perte volontaire.

Pape Leon XIII – Libertas Praestantissimus (20 juin 1888)

Le libéralisme, la définition:

Ensemble d’hérésies et d’erreurs qui, contraires à notre divine Foi,  la doctrine de l’Eglise catholique, à l’honnêteté des mœurs et au salut éternel des hommes, ont souvent excité de violentes tempêtes et appelé sur l’Eglise et sur la société civile de déplorables calamités.

Le libéralisme, opinions fausses et perverses devant être plus détestées que leur but principal, qui est d’entraver et de détruire cette puissance salutaire que l’Eglise catholique

Pape Pie IX – Quanta Cura (8 Décembre 1864)

La cause:

 « Une telle mise en œuvre n’est pas le résultat d’une inspiration soudaine ; elle est évidemment préparée de longue main, et démontre à elle seule tous les plans secrets de la secte antichrétienne. »

« Cet ordre social, à décidé de faire disparaître du monde toute vertu et toute justice, de dépraver les cœurs et les esprits, de soustraire à la règle des mœurs les imprudents et surtout la jeunesse inexpérimentée, et de la corrompre misérablement afin de la jeter dans les filets de l’erreur et enfin de l’arracher du sein de l’Eglise catholique. »

Saint Pie IX – Quanta Cura (8 Décembre 1864)

Conseils pratiques en ce qui nous concerne:

En ce qui regarde les études, Nous voulons et ordonnons que la philosophie scolastique soit mise à la base des sciences sacrées. Et quand Nous prescrivons la philosophie scolastique, ce que Nous entendons surtout par là – ceci est capital – c’est la philosophie que nous a léguée le Docteur angélique. Et que l’on sache bien que s’écarter de saint Thomas, surtout dans les questions métaphysiques, ne va pas sans détriment grave.

Saint Pie X – Pascendi Dominici Gregis (8 Septembre 1907)

En pratique, l’action peut s’exercer, soit dans les affaires privées et domestiques, soit dans les affaires publiques. Dans l’ordre privé, le premier devoir de chacun est de conformer très exactement sa vie et ses moeurs aux préceptes de l’Evangile, et de ne pas reculer devant ce que la vertu chrétienne impose de quelque peu difficile à souffrir et à endurer. Tous doivent, en outre, aimer l’Eglise comme leur Mère commune, obéir à ses lois, pourvoir à son honneur, sauvegarder ses droits et prendre soin que ceux sur lesquels ils exercent quelque autorité la respectent et l’aiment avec la même piété filiale. Il importe encore au salut public que les catholiques prêtent sagement leur concours à l’administration des affaires municipales, et s’appliquent surtout à faire en sorte que l’autorité publique pourvoie à l’éducation religieuse et morale de la jeunesse, comme il convient à des chrétiens: de là dépend surtout le salut de la société. Il sera généralement utile et louable que les catholiques étendent leur action au delà des limites de ce champ trop restreint et abordent les grandes charges de l’Etat. Généralement, disons-Nous, car ici Nos conseils s’adressent à toutes les nations. Du reste, il peut arriver quelque part que, pour les motifs les plus graves et les plus justes, il ne soit nullement expédient de participer aux affaires et d’accepter les fonctions de l’Etat.

Saint Pape Léon XIII  – Immortale Dei (1 Novembre 1885)

Source:

http://w2.vatican.va/content/leo-xiii/fr/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_20061888_libertas.html

http://www.liberius.net/livres/Le_syllabus_et_l_Encyclique_Quanta_cura_du_8_decembre_1864_000000598.pdf

http://w2.vatican.va/content/pius-x/fr/encyclicals/documents/hf_p-x_enc_19070908_pascendi-dominici-gregis.html

http://w2.vatican.va/content/leo-xiii/fr/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_01111885_immortale-dei.html