Saint Léon IX, patron de la section Alsace-Lorraine de Deus Vult (19 avril)

En ce 19 avril nous fêtons le pape saint Léon IX, né Bruno von Egisheim-Dagsburg, saint patron de notre section Alsace-Lorraine. Nous profiterons de cette occasion pour retracer sa vie en présentant une biographie composée au moyen de la plus importante et plus fiable de ses Vies, celle de Wibert.

Saint Léon, 38e évêque de Toul, est sans doute l’un des saints lorrains les plus connus, mais il est surtout le premier à être devenu pape (1049-1054) et celui dont l’œuvre fut la plus importante pour l’Église, puisqu’il amorça la réforme grégorienne.

Rocher de Dagsburg avec à son sommet la chapelle Saint-Léon
Rocher de Dagsburg avec à son sommet la chapelle Saint-Léon

Bruno von Dagsburg, né le 21 juin 1002, était le cadet d’une grande famille alsacienne (celle des comtes du Nordgau), apparentée à celle des comtes de Metz et des ducs de Lorraine. En tant que cadet, il fut destiné à l’Église et envoyé à Toul, dont l’école épiscopale devait jouir d’une très bonne réputation puisqu’on y retrouve beaucoup d’enfants des grandes familles de la région. Devenu chanoine à quinze ans, il fut envoyé peu après à la cour de l’empereur Konrad II, l’un de ses proches parents. Lorsque l’évêque Hermann de Toul mourut en 1026, Bruno fut élu pour lui succéder, à 24 ans : les documents insistent sur le fait que ce sont les toulois – de la ville comme des environs – et leur clergé qui ont choisi leur évêque et sur le fait que Bruno, promis à un avenir prestigieux, accepte un siège si modeste « aux extrémités de l’Empire ». Mais Toul était aussi située « aux confins de trois royaumes » (Bourgogne, France, Saint-Empire) et était donc un poste délicat, tout à fait adéquat pour ce jeune homme brillant.

Bannière du Saint-Empire romain germanique
Bannière du Saint-Empire romain germanique

Comme évêque, il continue l’action de ses prédécesseurs, notamment dans les monastères : il étend la règle bénédictine de l’abbaye Saint-Epvre aux abbayes de Saint-Mansuy et de Moyenmoutier dont il dépose les abbés, et favorise le développement des fondations récentes, dont l’abbaye féminine de Poussay. Plus généralement, il « ramena la ferveur monastique » dans tout son diocèse. Il se rend aussi souvent auprès des empereurs Konrad II, puis Heinrich III, et ses judicieux conseils sont écoutés. Bruno von Dagsburg fut évêque pendant près d’un quart de siècle avec tant de sagesse et de discrétion qu’à la fin de l’année 1048, il fut choisi par Heinrich III pour occuper la chaire de saint Pierre. C’étaient en effet la plupart du temps les empereurs qui choisissaient les papes à cette époque, et les ultimes choix avaient été peu au goût des romains : Heinrich III devait donc désigner un pape dont la moralité ne puisse être remise en doute et qui soit assez habile pour gagner la confiance des romains. Bruno, après son brillant ministère à Toul, était donc le candidat idéal. Il refuse cependant (pensant qu’il s’agit d’une manœuvre du démon) et essaie de se discréditer par une confession publique. Il accepte finalement, sous la condition que les romains soient d’accord et, « contrairement à toute la coutume ecclésiastique, il prit l’habit de pèlerin pour aller à Rome », voyageant puis entrant pieds nus dans la ville, et demandant humblement aux romains de ne l’élire que s’il leur convient. Il est finalement intronisé à l’unanimité sous le nom de Léon IX (en mémoire de Léon le Grand, qui avait affirmé la primauté de l’évêque de Rome) le 12 février 1949 à l’âge de 47 ans.

Bannière de la ville de Toul
Bannière de la ville de Toul

L’ensemble du pontificat est ensuite un long voyage durant lequel il sillonne la chrétienté pour défendre avec vigueur ses idées réformatrices, de Bénévent au sud, à Köln au nord, à Reims à l’ouest, à Bratislava à l’est. Il nous semble assez intéressant d’en donner d’abord un aperçu un peu détaillé pour mieux comprendre ensuite l’ampleur de son œuvre, à une époque où les moyens de transport et de communication n’ont bien sûr rien à voir avec ceux que nous connaissons.

En effet, aussitôt après avoir dirigé un concile romain à Pâques 1049, il entreprend un premier voyage pour « regagner sa patrie » : il passe à Köln, dédicace Saint-Remi de Reims et préside dans cette ville un concile qui fit beaucoup pour sa réputation, puisque les évêques peu vertueux y furent durement interrogés et jugés. Il reprend ensuite la route du Rhin, passe par Metz (où il dédicace l’abbatiale Saint-Arnould) et Trier, dirige le concile de Mainz puis rejoint Rome. Peu après, il se dirige vers le sud, pays des Normands et des Byzantins, tient concile à Siponto (aussi fermement qu’à Reims), puis rentre à Rome où il canonise saint Gérard de Toul. Il reprit ensuite la route du nord et passa par Remiremont (élévation des « corps saints » des saint Amé, Romary, Adelphe et Gerbétrude) avant d’arriver à Toul. Là, il éleva les reliques de saint Gérard les 21-22 octobre 1050 durant une cérémonie magnifique. Rentré à Rome, il se défit du siège épiscopal de Toul, qu’il avait conservé jusque-là, par attachement pour son diocèse. Il alla ensuite jusque Bratislava pour y promouvoir la paix en 1052, puis prépara une guerre contre les Normands qui détruisaient le sud de l’Italie. Son armée fut vaincue et il fut lui-même retenu prisonnier quelques mois, durant lesquels il mena une vie d’ascèse et de prières. Enfin, sentant sa mort arriver, il demanda à revenir à Rome et acheva sa vie au palais du Latran, le 19 avril 1054.

Saint Léon a donc été avant tout un pape voyageur, qui a édifié par son exemple comme par sa volonté de propager la paix dans toute la chrétienté d’Occident. Au passage, même si c’est lui qui envoya à Constantinople l’ambassade qui déclencha l’excommunication mutuelle de l’Orient et de l’Occident en juillet 1054, il n’est en rien responsable du schisme qui advint en réalité bien après ; sa mort trois mois plus tôt aurait d’ailleurs dû interrompre l’ambassade.

Surtout, son inlassable activité et ses voyages continuels pour présenter et défendre des points de vue que synodes et conciles répétaient depuis des décennies avec peu de succès, constituèrent le véritable lancement de ce qu’on appela ensuite, du nom d’un de ses successeurs, Grégoire VII (1073-1085), la réforme grégorienne. En effet, élevé dans l’esprit de la réforme monastique, saint Léon avait à cœur de moraliser l’Église de son époque, et en premier lieu la papauté. Comme à Toul, il s’entoura de ce fait de réformateurs vertueux. Beaucoup d’ailleurs le suivirent dans ces deux fonctions, comme le moine Humbert de Moyenmoutier, Hugues Candide ou encore Frédéric de Lorraine, le futur pape Etienne IX. C’est aussi saint Léon qui sut discerner les talents d’Hildebrand, le futur Grégoire VII, et fit de lui un personnage très influent de son pontificat. Ensemble, ils réorganisèrent l’Église, donnant un grand rôle aux cardinaux, et ouvrant cette fonction, naguère réservée aux familles romaines, aux étrangers, ce qui permettait de souligner le caractère universel du Saint Siège.

L’essentiel de la réforme de l’Église sous saint Léon réside dans la moralisation du clergé, et spécialement dans la lutte contre la simonie (achat ou vente de charges ecclésiastiques ; il déposa pour cela quelques évêques), le nicolaïsme (concubinage des prêtres) et la guerre entre les princes chrétiens. À cet effet, saint Léon convoqua pendant son pontificat douze conciles et institua en 1050 la trêve de Dieu. Il apporta donc à la réforme de l’Église, qui sombrait dans de graves désordres, une énorme énergie.

L’église dédiée à saint Léon à Nancy, construite à la fin du XIXe siècle, comporte notamment, dans son chœur, une représentation de douze saints lorrains qui entourent saint Léon donnant de la nourriture aux pauvres, le plus grand s’occupant des plus petits.

Église Saint-Léon de Nancy
Église Saint-Léon de Nancy

Saint Léon IX, intercédez pour nous auprès du Seigneur, afin de nous obtenir les grâces nécessaires dans la lutte grandiose que nous menons chaque jours contre les puissances visibles et invisibles qui tirent le monde vers une décadence toujours plus perverse.

Deus Vult !

Tu souhaites entrer en contact avec nous, ça se passe ici : http://deus-vult.org/actualites/recrutement/