Les quelques incohérences historico-politiques d’Adrien Abauzit

Francois Pizarre

De fier sang espagnol, je suis parti à la conquête du Nouveau Monde à 27 ans. J’ai soumis à moi tout seul l’immense Empire Inca païen à la Sainte religion catholique, j’ai détruit leurs temples idolâtres, stoppé leurs sacrifices sanglants diaboliques et confisqué tout leur or pour la gloire du Saint-Empire.

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. oglevy dit :

    Excellente et nécessaire mise au point. Puisse adrien Abauzit entendre vos remarques et y répondre.

  2. A dit :

    C’est oublier un peu vite en besogne que M.Hitler a été financé précisément par ces vilains anglo-saxons que vous décriez (cf Wall Street et l’ascension de Hitler de Sutton aux Editions Le Retour aux Sources)…

    C’est aussi oublier que le Fūhrer du futur Saint Empire Germanique Européen (sic) a accepté que des musulmans combattent en uniforme SS dans la Wehrmacht après sa rencontre avec le grand Mufti de Jérusalem en 1942… L’islam étant une religion « virile et guerrière », bien plus adapté finalement à ce dont les européens avaient besoin que le christianisme, religion de femmelette qui nous avait ramollis aux cours des siècles…

    Pie XII n’aimait tout de même pas beaucoup les idées du national-socialisme… Regardez aussi ce qui est arrivé à un Erich Klausener.

    Un Ralliement avec les Nationaux-Socialistes qui aurait redonné un second souffle au Catholicisme européen en berne… Moui… Une certaine Fraternité rentre de bonne grâce dans les petits souliers de l’Eglise conciliaire ces derniers temps, pour mieux faire entendre une voix traditionaliste dans ce cloaque oecuménique afin de les « convertir »…

    Comment cela va-t-il bien finir ?…

    • Tristan Tristan dit :

      Je suis plutôt d’accord, je ne suis pas l’auteur de cet article, et je le trouve même encore incomplet dans son analyse éditoriale, mais où sont ces preuves qu’Hitler à touché du fric de mains crochues ? Le parti qu’il a repris et donc non fondé par lui-même est certes entaché de pot de vin en tout genre, mais où ceux d’un homme seul ?
      Je suis preneur de toutes informations évidente à étudier.

      • A dit :

        Il vous suffit de lire le livre d’Anthony Sutton dont j’ai parlé : https://www.leretourauxsources.com/essais/12-wall-street-et-l-ascension-de-hitler.html

        Vous pouvez aussi le télécharger : http://www.pdfarchive.info/index.php?pages/Su

        Sutton était un chercheur et professeur d’économie aux USA … Pas un clampin complotiste à 2 sous. Son travail est sérieux, sourcé et documenté. Pierre Hillard l’a déjà mentionné dans plusieurs de ses conférences, et qu’on l’apprécie ou non suite à ses fréquentations « ERiennes », le boulot qu’il fournit est assez impressionnant – et intellectuellement irréprochable.

        Il est étrange que les gens du milieu ne se rendent pas plus compte des points communs entre le sionisme (que tout le monde critique) et le nazisme (que beaucoup portent aux nues)… 2 idéologies totalitaristes avec leurs peuples élus, leurs mythes (mystiques) au service d’objectifs purement terrestres et matériels, leur volonté et nécessité d’expansion territoriale…

        • Tristan Tristan dit :

          J’imagine ses histoires de travaux sur ce fameux plan Dawes voté avant son arrivée, présenté dans une vidéo d’E&R, sous entendant presque les nazis déjà élus en 1924, relevant d’un anachronisme amateur ou une malhonnêteté intellectuelle de l’auteur. Je laisse tout de même le commentaire pour en faire profiter le plus grand nombre et ne m’attarderai pas trop dessus, car si relation d’argent entre juifs et Hitler il y a, elle semble plutôt indirecte dans une relativité temporelle. Le national socialisme d’un point de vue catholique seulement, est déjà rejeté par l’église, dans l’encyclique Quadragesimo anno de S.S. Pie XI et ce pour des raisons bien précises auxquelles s’ajoutent les quelques dérives, elles condamnables, cités dans mit brennender sorge ainsi que d’autres documents pontificaux. Lire et pousser la logique d’Adrien Abauzit jusqu’au bout était là certes assez spectaculaire en soi… mais on tend simplement à améliorer grâce aux fruit des enseignements et conseils des encycliques, sur l’organisation de l’action catholique en étudiant sur ce site une base politique discutable mais autorisée qu’est le fascisme dans son ensemble (N.S. compris). Par contre, je n’approuve pas le manque de sources pour quelques citations sur cet article…

  3. OuvreLesYeux dit :

    Robespierre était loin d’être le pire en réalité. Je comprends pourquoi Abauzit l’encensait… Certes il a fait de mauvaises choses mais aussi de bonnes. S’il y a un révolutionnaire à sauver c’est bien lui.

    Historiquement on pourrait dire qu’il représente la première expérience vaguement fasciste (au sens politico-économique). Un fascisme déiste, pas catholique, néanmoins on peut le rattacher à la source des fascismes. Il y a une filiation évidente que l’historien Dimitri Kitsikis met en lumière.

    Pour un mouvement se revendiquant fasciste et catholique, balayer Robespierre d’un revers de la main et même Rousseau (que les droitards catho-bigots ne comprennent pas), c’est moyen.

Laisser un commentaire