Recrutement

[Temps de lecture: 6 minutes]

 

Nous ne dédaignons pas l’expérience du passé ni les conseils des anciens, mais nous nous appuyons surtout sur la jeunesse, car Deus Vult est un mouvement de jeunesse ; nos idées exigent des sacrifices, un courage, un enthousiasme et une détermination que seule la jeunesse peut apporter.

Nous considérons que la jeunesse a les premiers droits sur l’avenir et que c’est elle qui doit le préparer, suivant ses sains instincts naturels de race, suivant sa volonté.

À toute la vielle politique corrompue qui a tant désorganisé notre époque, nous estimons que la jeunesse a le droit et le devoir de crier :

C’est toi, vieille politique pourrie, qui as fait nos malheurs ; c’est toi qui n’as pas su défendre notre héritage, qui l’as livré aux voyous et aux étrangers ; c’est à cause de toi que nous entrons aujourd’hui dans la vie sans même savoir comment nous pourrons gagner dignement notre pain dans notre patrie ; c’est toi qui as gaspillé et gaspillé sans relâche, accumulant des montagnes gigantesques de dettes, étourdissant ton semblant de conscience par ces mots : La génération future payera. Mais la génération future, c’est nous ! C’est nous qui allons avoir à payer, à trouver l’argent, à régler le problème, à forger nos chances de vivre, à refaire complétement une structure nationale et sociale que tu as sabotée. Dehors la vieille politique pourrie, tu as déjà trop fait le mal, va-t’en, fais place ! Un siècle nouveau et des problèmes nouveaux demandent de jeunes courages et de jeunes bras, nous voici, déguerpis !

Ce ne sont pas des conservateurs qu’il nous faut, il n’y a plus rien de viable à conserver ; ce ne sont pas des libéraux qu’il nous faut, l’étranger devenu notre maitre a obtenu toutes les libertés et il ne nous reste plus, à nous, que la ‘liberté’ de dépérir lentement sur la terre de nos pères. Ce qu’il nous faut, ce sont des rénovateurs, pour nettoyer la maison, refaire tout notre système de vie, organiser une renaissance réelle.

La rénovation désirée par tous, seul notre doctrine en apporte la formule parce seul il diagnostique les maux et donne les remèdes.

Nous proclamons que nous devons redevenir une nation puissante au sein d’une Europe forte et solidaire, afin d’avoir une conscience nationale, une idée nationale, une mentalité nationale et une unité nationale, et nous sommes prêts à l’obtenir.

Nous proclamons que le (((cosmopolitisme apatride))) – et son esprit – ont accaparé dans notre vie économique une puissance exorbitante, dangereuse, et nous sommes prêts à rétablir l’équilibre.

Nous proclamons comme anti-nationale l’influence indue qu’exercent sur notre pays les grandes combines internationales, et nous sommes prêts à en opérer le dégagement.

Nous proclamons comme crimes d’une haute gravité l’exploitation des masses par une poignée de gros exploiteurs, la dépossession des petits propriétaires, l’étranglement du petit commerce, l’écrasement de la petite industrie, la disparition graduelle de la petite initiative privée devant l’invasion des grosses combines, le déracinement des cultivateurs, la dictature des puissances d’argent sur toutes les autres classes et sur notre politique, et nous sommes prêts à réprimer ces crimes et à y mettre fin.

Nous proclamons que le communisme et le socialisme sont des erreurs et des dangers, et nous sommes prêts à en détruire la menace.

Nous proclamons que tout homme qui travaille a le droit de jouir pleinement du fruit de son travail, qu’aucun parasite n’a le droit de lui extorquer une part, si petite soit-elle, et nous sommes prêts à appliquer fermement cette justice.

Nous sommes dans la lutte politique, déterminés à en faire un combat à finir, jusqu’au bout, jusqu’au triomphe final. Car notre victoire ne fait aucun doute, ce n’est qu’une question de temps. Nos principes étant les meilleurs, ils ne peuvent pas perdre, ils doivent tout conquérir.

Nous savons que « l’élite républicaine » est contre nous, parce qu’elle a intérêt à perpétuer le régime de l’assistanat, du pot de vin, du patronage corrompu, du favoritisme, de la division nationale, puisque la vie ne leur est possible que par la division.

Nous savons que la presse est contre nous parce qu’elle subit le chantage de la grande-réclame et des coteries, parce qu’elle ne pense que par les grandes agences sionistes, parce qu’elle a intérêt à voir se continuer la dictature de l’argent sur les masses.

Nous savons que les trusts, les grandes magouilles, les organisations internationales nous font la guerre par tous les moyens, parce qu’ils savent que l’établissement de la justice sociale marquerait la fin de leur suprématie.

Nous savons que nos ennemis et les puissances d’argent suscite un fascisme de camelote hollywoodien contrôlé par eux en infiltrant « l’extrême droite », afin de brouiller les esprits et ridiculiser notre combat.

Mais toute cette opposition ne vaut rien, devant la volonté des masses qui souhaitent un changement, devant la détermination absolue de la saine minorité agissante que nous devons constituer, enrôler, former et élever à la pratique des vertus.

Nous tablons sur ce qu’il y a de plus puissant, de plus fort et de plus réel dans notre pays : les instincts naturels de la race blanche, qui sont encore sains, et que toute la fange du matérialisme n’a pas encore été capable de tuer.

Nous comptons sur la jeunesse qui recherche l’ordre qui a moins été touchée par les fausses doctrines ni enchainée par les compromis.

Nous avons choisi pour armes les armes spirituels, et nous savons que l’esprit vaincra la matière.

Nous avons pour nous l’idée, la formule que tous attendent, nous avons pour nous les principes de la régénération, les remèdes pour le grand mal national, économique et social ; nous avons pour nous la Vérité, le bon sens, la saine raison. Rien n’empêchera leur triomphe, quand l’heure aura sonné, quand le Bon Dieu nous donnera une fenêtre de tir, quand le Système sera complétement effondré.

Nous ne nous arrêterons pas à nous demander si c’est possible, si c’est faisable, car avec la foi et la volonté, tout est possible.

« Je vous le dis en vérité, si quelqu’un dit à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute point en son cœur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir.

C’est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir. » Marc 11 : 23-24

Tout ce que nous vous demandons, c’est d’avoir foi, comme nous.

Deus Vult n’est d’ailleurs qu’un grand acte de foi : foi dans le Bon Dieu, foi dans notre patrie et notre Europe, foi dans notre race, foi dans nos traditions, foi dans notre avenir, foi dans nos destinées, foi dans la justice chrétienne.

N’ayons qu’un grain de cette foi et nous pourrons faire plus que transporter des montagnes.

C’est parce que nous prenons la foi pour base que nous vous demanderons des sacrifices ; nous ne vous donnerons rien, nous ne vous achèterons pas, nous ne vous offriront ni liqueurs ni argent pour vous faire venir à nous, parce que nous avons conscience que la foi ne s’achète pas, parce que nous respectons et aimons la foi catholique.

Vous, les vieux, qui après une vie laborieuse et consciencieuse, finissez vos jours dans la gêne et la misère ; vous, de la génération mûre, qui avez été trompé par tant de mensonges, qui avez donné tant de votre confiance à des régimes trompeurs et qui, aujourd’hui êtes moins avancés après vingt ou trente ans d’efforts constants, qui voyez avec consternation qu’il n’y a plus de place pour vos propres enfants dans votre pays ; vous, femmes françaises et européennes, qui aviez fait tant de beaux rêves d’avenir pour vos petits et qui les voyez aujourd’hui errer dans la désespérance ; vous, les jeunes, qui vous trouvez subitement devant la vie sans héritage, sans possibilité d’aucune sorte, dépossédés de tout ce que vous avaient conquis vos pères, nous vous disons : rien n’est perdu, tout est possible si vous avez la foi ! Si vous voulez vous allier à la grande flamme que nous allumons dans notre beau pays de France !

Et, quand vous aurez la foi, vous voudrez, vous ferez acte de volonté ! Et ce que vous aurez voulu, vous l’aurez.

Avec nous, Français, Européens, faites le grand acte national de foi qu’il faut faire ; faites le grand acte de volonté nécessaire.

Unissez-vous autour de Deus Vult, d’une doctrine fasciste claire, concise, nationale, sociale et catholique, qui détruira l’esprit de division si profitable à l’ennemi.

Nous ne vous donnerons ni assistanat, ni pot de vin, mais nous vous donnerons une formation, un clan, une reconquête personnelle si nécessaire à la reconquête globale !

À l’heure la plus critique de notre histoire, à l’heure où surgit tous les malheurs de la défaite de 45, nous érigerons un monde nouveau où règnera l’ordre naturel et surnaturel.

Français, Européen ! Que ta foi soit plus grande que les coups du destin libéral ! Que ta volonté soit plus forte que les chocs de la tempête judéo-maçonnique !

Debout ! Français, Européen ! Si tu veux vivre ta propre vie sur la terre que le Bon Dieu t’a donnée, si tu veux reprendre tout ce qu’on t’a enlevé, si tu veux qu’on te respecte et qu’on respecte tes enfants, si tu veux qu’un sain nationalisme règne enfin dans ta patrie !

Accours dans nos rangs, marche avec nous, travaille avec nous, lutte avec nous ; nous te conduirons à ta victoire la plus éclatante et la plus durable : la conquête de ton âme spirituelle et de ton âme nationale, de ta confiance en toi-même, de ton héritage et de tes aspirations.

 Un petit peu de feu dans quelque coin du monde, et tous les miracles de grandeur restent possibles.  Le beau Léon.

Votre nom*

Votre courriel*

Sujet

Votre message*

 

Deus Vult †